• Knowledge

  • Learning

  • Welcome

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Reforme Du Pret A La Consommation

Reforme Du Pret A La Consommation

Encore combien de temps faudra-t-il attendre avant d'assainir le marché du crédit ?

Difficile d'essayer d'entrevoir comment pourraient progresser nos sociétés si l'emprunt était amené à disparaître. Rien d'étonnant, l'emprunt est jusqu'à maintenant la source de levée de fonds la plus courante et la plus rationnelle qui soit. Remettre en cause le crédit revient à s'en prendre à ce qui a fait le succès de nos entreprises, de nos avancées technologiques ou encore, ce qui a donné la possibilité à de nombreux ménages d'acquérir leur maison ou appartement. En théorie, le prêt n'est pas foncièrement une mauvaise pratique, mais l'abondance de prêt à la consommation est par contre un fléau contre lequel la société civile devra un jour s'attaquer.

En quoi le prêt revolving pose-t-il problème ?

Que ce soit pour de l'immobilier ou pour de l'entrepreneuriat, certains projets ne peuvent se concrétiser sans le recours à un emprunt. Reforme du credit renouvelable côté des particuliers, le crédit personnel est également nécessaire lorsqu'il faut changer de voiture, construire une véranda ou financer les études des enfants. En fait, le crédit est peu dénoncé lorsqu'il correspond à un projet bien défini et vraiment utile pour un individu ou pour une communauté (mais seulement si le taux d'intérêt est acceptable). Dès lors que la banque s'assure de la bonne situation économique de l'emprunteur et de sa solvabilité, elle est prête à lui octroyer un crédit. Toutefois, les crédits que l'on appelle revolving (aussi appelés « crédits renouvelables ») sont les plus ruineux dans les familles. De par un taux astronomique et son principe de reconstitution de la réserve, le prêt revolving peut avoir des conséquences déplorables sur les comptes d'un ménage s'il n'est pas utilisé avec mesure. Les détenteurs s'en servent surtout pour acheter dans les commerces avec une carte de crédit assortie, ou alors pour toujours avoir une réserve à utiliser en cas d'urgence. Avec cette carte, son utilisateur peut être tenté de réaliser des achats non réfléchis à cause de cette réserve qui peut donner cette fausse impression d'avoir de l'argent en abondance. Dans le cas où aucune initiative visant à limiter sérieusement les taux, ou même une suppression sans détour de cette pratique n'est exprimée, alors la guerre contre le sur-endettement aura perdu une bataille capitale.

Comme alternative, les établissements de prêt n'auront pas d'autres choix que d'adapter leurs offres en remplaçant le prêt renouvelable par un crédit plus classique à taux moins excessif.

Relancer le crédit en favorisant des relais de distribution parallèles

Si le prêt renouvelable devait disparaître, il est probable que ce soient les grandes surfaces et les sites de vente en ligne qui en souffriraient les premiers. Pour satisfaire l'envie de s'offrir des objets d'ameublement ou des appareils électroniques, beaucoup de clients ont recours au crédit renouvelable. Le problème est que les établissements financiers pourraient décider de ne pas mettre à jour leur gamme de crédits, par exemple le fait de remplacer la réserve d'argent par un prêt personnel à petit montant.
Des solutions de rechange devront alors vite être mises en place.

Dans un premier temps, il est possible d'imaginer que le gouvernement vienne en soutien des professionnels du monde de la distribution (grande, petite et en ligne) pour la création d'un organisme de crédit sectoriel. Ce nouvel organisme aurait pour but de distribuer des offres de financement avec un montant maximal limite et dont le TAEG serait plafonné par le gouvernement. Le contrôle pourrait être confié à une entreprise semi-privée ou déléguée à une société spécialisée en prêt à la consommation et les administrateurs auraient un large pouvoir de décision. Si le client voit sa demande de crédit acceptée, il pourra décider de lui-même (sous conditions toutefois) le niveau de ses mensualités. De cette manière, les participants à cette nouvelle banque posséderont leur propre outil de financement.

Autre piste, permettre le développement du prêt entre particuliers en soutenant la création d'une plateforme officielle de mise en relation. L'objectif est de connecter d'une part des investisseurs à la recherche d'un placement intéressant avec, de l'autre côté, des demandeurs qui désirent financer un projet bien défini. Le taux appliqué à l'emprunteur correspondrait à la rémunération du capital prêté par l'investisseur. Le développement d'un tel réseau est facilement réalisable d'un point de vue technologique. Cependant, et pour que le grand public adhère au projet, une importante campagne marketing devra être menée.


L'ultime initiative serait à entamer des négociations avec la Banque centrale afin qu'elle accepte de capitaliser les organismes publics de crédit. L'argument avancé serait que les capitaux soient instantanément ré-injectés dans l'économie marchande et non pas utilisés à des fins de spéculation boursière.